Bouffées d'optimisme

Publié le par bienvenuechezlesfous

101

 

 

 

 

 

            Il se passe immanquablement une bonne paire de secondes avant que mon interlocuteur ne s'écrie, comme frappé par l'éclair :

- T'es prof ?  avec des yeux grands et ronds comme des assiettes à dessert.

En fait, il est alors persuadé d'être victime d'une hallucination auditive ou que je me paie sa figure, ce qui n'est guère l'habitude de l'endroit.

Je précise alors, dans le souffle d'un murmure coupable :

- Oui, c'est ça. Prof, si tu veux.

Souvent on me demande alors, comme si le doute était trop fort pour ne pas  exiger une confirmation supplémentaire :

- Avec des enfants, tu veux dire ? Tu donnais des cours ?

Et je dois donner quelques détails vécus, pour bien marquer du sceau de la réalité ce qui ne peut apparaître à tous que comme la plus extravagante invraisemblance.

La conversation reprend ensuite son cours normal et décousu, sautant sans retenue des réflexions sur l'existence de dieu aux considérations plus terriennes comme le galbe vertigineux du fessier de la nouvelle infirmière ou l'état pitoyable du salon fumeur.

L'un évoque ses pertes de mémoire, l'autre ses hallucinations. Le premier renchérit sur les tremblements incoercibles qui le rendent incapable de se verser un verre d'eau sans arroser copieusement toute la table et, au  passage, inonder son assiette avec son contenu sans oublier sa robe de chambre et jusqu'à ses chaussons de feutre assortis. Le second repart incontinent, sur les tocs qui lui bouffent la vie et les tics qui lui ravagent le visage, l'empêchant d'articuler trois mots à la file.

Et puis, à chaque fois, revient comme un leitmotiv chez mon interlocuteur du moment cette question portant sur un mystère sans fond :

- Mais  puisque t'es prof, tu vas pouvoir sortir ?

Je ne vois pas ce que cela change, et, en l'état actuel des choses, je serais bien infoutu d'enseigner quoi que ce soit.

- Mais t'as  une femme qui vient te voir !

- Oui.

- T'as des enfants ?

- Oui

- T'as un boulot ?

- J'en avais un.

- Alors tu vas sortir, c'est sûr ! Tu vas t'en sortir !

- Je ne sais pas. J'ai peur de ne plus jamais être capable de retrouver ma  mémoire et je ne sais même plus compter les points au Scrabble.

- C'est pas grave. Tu vas sortir.

Je suis incapable, à présent de savoir combien m'ont tenu ce discours, marqué de stupeur d'abord, et de certitude ensuite.

Mais, si l'on fait abstraction des petites variations individuelles, il me semble avoir eu cette conversation environ une douzaine de fois avec une douzaine de personnes différentes.

Lors de rares bouffées d’optimisme, j’ose rêver qu’ils n’ont pas forcément tort.

 

Vous avez aimé ?

Vous avez détesté ?

Merci de me faire part de vos réactions.

Merci de faire circuler l’adresse de ce blog.


Publié dans Litterature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
C'est pourtant l'Education Nationale qui est la plus grande fabrique de dépressifs. D'ailleurs il y a des maison de soins et de repos qui lui sont dédiées.
Répondre